Saint-Etienne des Tonneliers

La paroisse Saint-Etienne-des-Tonneliers est connue depuis 1063 par une charte de cette époque. Elle se situait sur une des îles qui bordait le cours de la Seine, rattachée à la rive comme la Roquette et l'île Saint-Eloi vers le Xe siècle. L'église avait tout d'abord été dédiée à Saint-Léger, car elle possédait des reliques de ce saint. Elle dépendait alors de l'abbaye de Saint-Ouen. Elle était construite dans une rue, proche du port, où se trouvait de nombreux tonneliers. Ils avaient établi leur confrérie dans l'église. Il y avait une église Saint-Etienne dans la Cathédrale (depuis le début du XVIe siècle dans la salle basse de la Tour de Beurre). Son nom servait à distinguer les deux églises.
L'église représentée par Jacques le Lieur est celle de la fin du XVe, début du XVIe siècle. Le portail en fut construit en 1530 et l'église dédiée en 1533.

La nef, de grande dimension était flanquée de deux bas-côtés. Le clocher était construit à l'ouest du bas-côté sud. Il n'avait jamais reçu sa flèche.
 et un vitrail consacré au Martyre de Saint Etienne. Une gloire et un contre-retable avaient été transportés dans l'église Saint-Eloi.
Les Le Roux, bâtisseurs de l'Hôtel de Bourgtheroulde y avaient leur sépulture.
Comme les autres églises, Saint-Etienne des Tonneliers avait subi la fureur des protestants en 1562. La paroisse a été supprimée en 1783. Sécularisée comme tous les biens de l'église à la Révolution, l'église, le presbytère et trois maisons qui lui appartenaient furent vendus le 19 mai 1792 pour une somme de 92.100 livres. Elle servit à divers usages, en particulier de garage, et faillit disparaître en 1937 mais un classement à l'inventaire des Monuments historiques permit de la sauver. Elle subsista jusqu'à la deuxième guerre mondiale où elle fut victime des bombardements.

 
Clergé
En 1770, le clergé se composait de 15 personnes :
9 prêtres
1 diacre
1 acolytes
 
Mobilier

Vers 1544, un jubé avait été construit par Robert Fresnelle et Guillaume de la Size. Il portait les images de six apôtres et des figures d'anges.
On signale également des stalles dans le choeur décorées d'images de tonneliers. Elles étaient l'oeuvre de Charles Lefebvre. Elles avaient été transférées dans l'église Saint-François.
La Gloire qui se trouvait dans l'église a été transportée dans l'église Saint-Eloi.
Le couvercle du Baptistère, remarquable œuvre de la Renaissance, a été transporté dans l'église Saint-Romain. Il est maintenant conservé au Musée des Beaux-arts. Il représente différents épisode de la vie et de la passion du Christ.

Deux miséricordes des stalles de l'église ont été conservées. Elle ont été données au Musée Départemental des Antiquités par Auguste Houzeau en 1912.
 
Tableaux
Le Catalogue des saisies révolutionnaires de Le Carpentier, indique un tableau représentant Saint Sébastien, mort dans les bras des saintes femmes (N°335). Il semble avoir disparu.
 
Vitraux
Un certains nombre de vitraux provenant de l'église ont été dispersés après la Révolution. Plusieurs d'entre eux se trouvent maintenant dans l'église Saint-Romain . Ils ont été remontés par le verrier You-Renaud vers 1828.
Deux baies montrent l'histoire de Saint-Etienne (baies 105 et 106). Elles datent des environs de 1500-1510 et sont dues à Arnoult de Nimègue.
D'autres vitraux ont été vendu à Van Hamp et emportés en Angleterre.
 
Baie 100
Evêque transformé en Saint-Romain
  Baie 105
Lapidation de Saint-Etienne
Baie 106
Saint Etienne conduit su supplice
Baie 109 Baie 110 Baie 111 Baie 112
Ces quatre baies sont consacrées à la vie de Jean-Baptiste (1500-1510)
 
Orgues
Des orgues avaient été établies vers 1560 par Josseline. Le buffet était du menuisier Marius Guillebert. Les jeux en avaient été refaits par Charles Lefebvre en 1722.
 
Localisation


Cliquez sur l'image

 
Bibliographie
Voyages Liturgiques de France, Moleon (Sieur de), 1718, p. 410-412.
Histoire de la ville de Rouen, F. Farin, 3e ed., 1738, t. IV, p.229-242.
Abrégé de l'histoire ... de la ville de Rouen, Lecoq de Villeray, 1759, p. 308-310.
Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, J. J. Expilly, Tome VI, 1770, p. 424.
Tableau de Rouen,
Machuel, 1777, p. 91-93.
Description historique des maisons de Rouen,
E. de la Quérière, 1821, p.146-147.T II, 1841, p. 183-184.
Lettres sur la ville de Rouen, Alexandre Lesguilliez, 1826, p. 317.
Coup d'œil rétrospectif sur 24 églises paroissiales supprimées à la Révolution, E. de la Quérière, Bull Ste Emm., 1864, p.238-239.

Répertoire archéologique du départ. de la S.-Inf.,
Abbé Cochet, 1871, col, 393.
Notice sur l'église Saint-Etienne-des-Tonneliers à Rouen, Charles de Beaurepaire,
B.C.D.A., 1888-1890, p. 196-214.
Notice sur l'église Saint-Etienne-des-Tonneliers,
dans Notes historiques et archéologiques, Ch. de Beaurepaire, 1892, p. 166-184.
L'église Saint-Etienne des Tonneliers,
F. Bouquet, B.C.D.A., 1897-1899, p. 471-472.
Rouen,
C. Enlart, 1928, p. 83.
Par ci, par là : L'église Saint-Etienne-des-Tonneliers,
G. Dubosc, Journal de Rouen, 6/7/1924, p.3
L'église Saint-Etienne-des-Tonneliers,
G. Dubosc, Par ci, par là, 1932, p.47-60.
Le classement de l'ancienne église St-Etienne-des-Tonneliers,
R. Rouault de la Vigne, Bull. AMR, 1935-38, p. 187-197.
Rouen, Ville d'art et d'Histoire, Eglises, chapelles et cimetières à travers les âges
. Edgard Naillon, T. 2, 1936
L'art français dans la Guerre, marcel Aubert et Jean Roubier, 1946, p. 43.
Les vitraux de Haute-Normandie, Corpus Vitrearum,
Martine Callias-Bey, 2001, p.395-397.
La ville évanouie, Rouen, P. Quéréel, 1999,  p. 50-53.
Rouen aux 100 clochers
, F. Lemoine et J. Tanguy, 2004, p. 44-46.
Rouen à la Renaissance, L.-R; Delsalle, 2007, p.499-507.

Articles du Journal de Rouen
Date Page Titre
22-08-1805  Exposition du ballon de M. Mosment dans l'église Saint-Etienne des Tonneliers
18-09-1895  L'ancienne église Saint-Etienne des Tonneliers
18-06-1912  Dons au Musée des Antiquités : miséricordes de stalles de l'église Saint-Etienne des Tonneliers
06-07-1924  Par ci, par là : L'église Saint-Etienne des Tonneliers

© Copyright Jacques Tanguy, février 2013