Bonsecours
 
Eglise Notre-Dame

L'ancienne église de Blosseville (maintenant appelée Bonsecours) était petite. Les plus anciennes mentions qui la concerne remontent au XIe siècle (1060). C'était une chapelle dépendant de la paroisse du Mesnil-Esnard. Elle devint paroisse en 1261. L'église qui précéda l'église actuelle avait été construite en 1832
Elle contenait une célèbre statue de la Vierge à l'enfant objet d'un ancien pèlerinage.
Au XIXe siècle, l'abbé Victor Godefroy (1799-1868) nommé à la cure, incité par l'archevêque de Rouen, décida de construire une nouvelle église. Dans un premier temps, le style classique avait ses faveurs. Conseillé par l'abbé Robert et par l'architecte diocésain Barthélemy, il décida en 1838 l'érection d'un édifice néo-gothique. Une longue histoire où la légende n'est pas absente aboutit en 1844 à l'église actuelle. C'est l'un des plus remarquables édifices de ce type dans notre région. Elle a été consacrée en 1885. la façade ne fut terminée qu'en 1943 par le clocher. La cloche n'a pas pu y être montée : elle aurait risqué de l'ébranler.
Elle a été élevée au rang de basilique mineure par le pape Benoît XV en mars 1919.


Gravure de Charles Frank
 

Mobilier
Le maître d'autel est l'œuvre des sculpteurs Fulconis père et fils. Il est en métal ciselé. les niches de la base représentent les douze apôtres entourés des diverses scènes et instruments de la Passion.
Le mobilier est du au ciseau du sculpteur Edmond Bonnet. La chaire est particulièrement remarquable.
L'orgue est un remarquable instrument de Cavaillé-Coll (le premier construit par lui dans la région). Il est daté de 1857. Il a reçu de nouveaux jeux en 1878. de nombreux organistes célèbres ont été à ses claviers.
Les fonds baptismaux sont composés d'une cuve de marbre décorée des symboles des quatre évangélistes réalisée par le statuaire Bonnet. Le couvercle, en cuivre repoussé est de Ferdinand Marrou. Il représente six baptêmes célèbres : le Christ, saint Valérien, Constantin, Candace, Clovis et des Indiens par Saint-François-Xavier. La manipulation en est effectuée par une potence métallique.
Dans le chœur, sont conservés les insignes de la basilique : le pavillon (sorte de petite ombrelle) et la campanile (plaque ornée des armes de la basilique).
La statue de Notre-Dame date vraisemblablement XVIe siècle. Nommée Notre-Dame de Bonsecours, elle a donné son nom à la paroisse au XIXe siècle.
Vitraux
Les vitraux datent de 1844. Ils ont été dessinés par Gsell et réalisés par la manufacture de Choisy-le-Roi sur les indications du père Martin. les fenêtres hautes de la nef opposent les prophètes de l'ancien testament (au nord) et la apôtres de Nouveau testament (au sud). La partie inférieure représente un chemin de croix. Les vitraux ont été offerts par de nombreuses personnalités.
Orgues
L'orgue a été construit en 1857 par Cavaillé-Coll. Il a régulièrement été augmenté : en 1878-1879, puis en 1889 par la maison Cavaillé-Coll, en 1926, relevage par Mutin, en 1950 par Beuchet-Debierre. Il a été restauré en 2001 par l'entreprise Renaud, de Nantes.
L'orgue de chœur avait été construit en 1857 par Narcisse Martin, de Paris. Il a été restauré en 1984 par Gervais, puis en 2005 par Denis Lacorre.
Cloches
Les cloches ont été bénies en août 1888 :
- Notre-dame-de-Bonsecours, 1.859 kg (P. et Ch. Drouot, Douai)
- Emilie, 1.347 kg (P. et Ch. Drouot, Douai)
- Marie-Renée, 968 kg (Drouot, Douai)
- Victorine-Delphine, 823 kg (Drouaot, Douai)
La cloche dite Le Gros Léon a été bénie en 1892. Elle avait été fondue à Douai dans les ateliers de Charles Drouot. Son nom lui vient de l'archevêque de Rouen Léon Thomas. Elle pèse six tonnes et n'a pu être montée dans le clocher. Elle donne le la bémol, le son le plus grave des cloches de la région.
Confréries
Confrérie en l'honneur de Dieu Tout-Puissant et de la très bienheureuse Vierge Marie, fondée par 60 confrères et 20 sœurs associées dans l'église de Bloville, le 6 février 1477.
 
Cimetière

Il y a eu un cimetière autour de l'ancienne église de Blosseville. Jusqu'au milieu du XXe siècle, on a conservé l'habitude d'accrocher des couronnes aux grilles de la basilique en souvenir de ce cimetière.Le nouveau cimetière a été créé en 1840, suite à la construction de la basilique par l'abbé Godefroy. C'est la partie basse du cimetière actuel. La partie haute a été ajoutée en 1905 et une petite extension s'est faite vers le bas après la seconde guerre mondiale.
La première sépulture fut celle d'un ouvrier, François-Basile Pesnel, tué lors des travaux de l'église.
Quelques personnalités y sont enterrées, comme Emile Buisson (1811-1869), président de la Ligue Patriotique Rouennaise, ou les supérieurs de l'Institution Jouin-Lambert : l'abbé, Jouin-Lambert (1812-1857), l'abbé Flavigny (1837-1925), la famille La Moissonière-Yvose.


Image Google Maps

La plus connue des sépultures de Bonsecours est celle de la famille Hérédia.
Six membres de la famille du grand poète José-Maria (1842-1905) sont inhumés dans le cimetière.
La modeste tombe est entourée d'une simple grille de fer, mais elle domine le magnifique panorama de la ville.

 
Notre-Dame de Bonsecours, Loth et Sauvage, Rouen, 1841.
Notre-Dame de Bonsecours,
Loth,  Rouen, 1841.
Eglise Notre-dame de Bonsecours près Rouen dont les fondements ont été jetés en 1840,
sans nom d'auteur, 1847.
Notre-Dame e Bonsecours de Rouen,
C. Paillart ed., Abbeville.
Répertoire archéologique du département de la Seine-Inférieure
, Cochet (Abbé), 1871, col. 266.
La semaine religieuse du diocèse de Rouen,
28/09/1872, p. 930.
Géographie du département de la Seine-inférieure
, Bunel et Tougard, 1879, p.105-106.
Notre-Dame de Bonsecours,
Abbé Loth, abbé Sauvage, 1891.
Notre-Dame de Bonsecours,
Mgr Prudent, 1924.
Répertoire des anciennes confréries et charités du diocèse de Rouen approuvés de 1434 à 1610,
Abbé Martin, Fécamp, 1936
Bonsecours, à propos de la basilique et de son maître-autel
, A. Fouré,BCDA, XXXI, 1976-77, p. 209-210.
La basilique Notre-Dame de Bonsecours,
P. Chirol, Rouen, 1943.
Notre-Dame de Bonsecours,
M. Carliez, 1980.
Orgues de Haute Normandie
, 1992, tome 2, p. 20-22.
BCDA, XLI, 1993, p. 72-74.

Le patrimoine des Communes de Seine-Maritime
, 1997, T. I, p.172-173.
Notre-dame-de-Bonsecours, Collectif, slnd.

Bonsecours, Andrée Philippe, 2004, p. 77-99.
Rouen Insolite et Secret
, J. Tanguy, 2011, T. 2, p. 44-47.
L'architecte jacques-Eugène Barthélemy (1799-1882) et son œuvre rouennaise, Bull AMR, 2010-2011, p. 9-28.
Bonsecours, Basilique Notre-Dame, Eglise de Rouen, n°8, 15/9/2014, p.40.